Accueil

Présentation

Fcts statutaires

Actualités

Infos pratiques

Contactez-nous

 

Accéder
à nos bureaux

Tracez votre itinéraire vers nos bureaux

• ARLON

• LIBRAMONT

 

 

Editorial decembre 2016


De quoi l'élection de Trump est-elle l'avertissement?

La justice de classe rattrapée par un « scandale d’Etat ». Des suffrages-surprises en France comme aux USA. On dirait que les peuples ont l’intention de reprendre leur pouvoir de choisir. La droite panique et crie au populisme…

Edito de Nico Cué, 29/11/2016.



Le MR pédale dans la semoule. Tout est perdu, même l’honneur. Le gouvernement va s’accrocher. Aux yeux des électeurs de Wallonie et de Bruxelles, ce parti symbolise l’Etat fédéral. Il a décidé seul, en 2014, fort d’à peine 25% des voix francophones de s’acoquiner avec l’ensemble de la droite fréquentable du nord du pays : les nationalistes, les chrétiens et les libéraux flamands. Pour faire quoi ? Le contraire de ce qu’il avait annoncé. «Jamais avec la NVA», disait Charles Michel. Avant. «Pas de saut d’index avec nous». Il l’a fait avec eux. «La hausse de la TVA ? Non, non…» Troisième renoncement des libéraux. Pour le MR, les promesses électorales n’engagent que ceux qui y croient.

C’est sans doute aussi ce que pensent, aujourd’hui, les électeurs de Trump aux USA.
La saga du « Kazakhgate » noircit plus encore la réputation et l’éthique d’un grand parti qui jouait les « pères la morale » au moment où la Justice a entamé à vif la dissection du PS carolo… Pour finir par blanchir à peu près tous ceux dont les libéraux de Chastel réclamaient la tête, à l’époque. Ici, le pot de confiture dans lequel le MR semble avoir mis le doigt, la main et peut-être le bras, c’est bien l’organisation d’une justice de classe qui permet à ceux qui ont du fric d’éviter le banc de l’infamie et le passage par la case « prison » ou en tout cas celle des tribunaux. Dans ce dossier, un élu MR au moins, roulait, sur commande de l’Elysée, pour un milliardaire, frais émoulu « belge de papier »… comme disent les salauds à propos de travailleurs immigrés ! Sa naturalisation avait été chaudement recommandée par un bourgmestre brabançon, lui-même aujourd’hui impliqué dans un autre dossier puant. Cet homme d’affaire était soupçonné de corruption, de faux et usage de faux, d’association de malfaiteurs… Ce n’était pas un minimexé fraudeur, un chômeur cohabitant se déclarant isolé, pas un travailleur en chômage économique qui n’a pas noirci correctement sa carte bleue. Non, c’est un type qui a versé 23 millions de transaction financière pour éviter d’être jugé. Et pour lui permettre ce passe-droit légalement organisé, on dirait que le MR a contribué à bidouiller - avec d’autres complicités sans doute -  la législation. Et un de ses élus, avocat de Sarko, aurait été rémunéré pour ses interventions environ 2000€ l’heure. Soit au moins 222 fois le salaire horaire minimum garanti aux travailleurs… de plus de 21 ans. On va voir si, dans ce gouvernement, le MR (et la FEB dont il est le bras armé)  va accepter de réduire ce grand écart à l’occasion des négociations du prochain accord interprofessionnel…

Entre le pire et l’ « un peu moins pire »…
Les sondages aussi pédalent dans la semoule. Les électeurs sont de moins en moins prévisibles. La démocratie retrouve le goût du risque. On dirait que ça ne plaît pas à tout le monde. La droite française a organisé une « primaire » qui a eu toutes les allures et toutes les attentions médiatiques d’une « présidentielle » avant l’heure. Le client de Me Dedecker a été sorti à la surprise générale. Celle des sondeurs, en tous cas.

L’élection de Trump aux USA a de la même manière déjoué toutes leurs prédictions. Les électeurs sont facétieux. A terme, ça ne va plus le faire pour les commanditaires des enquêtes pré-électorales… Si les solutions portées par le milliardaire en marge d’un « establishment » qui ne devrait pas tarder à le recycler ne sont pas défendables, les interrogations que sa candidature et son succès posent sont des vraies questions qui touchent aux marges laissées à la démocratie. Entre le « pire » et l’ « un peu moins pire », faut-il s’étonner que l’électorat renverse la table ? Les sondages indiquent que si les démocrates avaient opté pour une alternative crédible, Bernie Sanders, ils auraient remporté le scrutin. Mais ce ne sont que  des sondages ?

Dans le monde du travail et l’organisation de l’économie, nous ne sommes pas sortis de l’ancien régime. La décision politique est normalement structurée sur d’autres valeurs. Les travailleurs n’ont pas leur mot à dire dans les choix des entreprises. En politique, ils ont l’opportunité de ruer dans les brancards quand l’offre d’alternative n’est pas crédible et que la volonté de changement est forte. Les âmes bien nées parlent alors de populisme. C’est la leçon de l’élection américaine.

Le ministre de l’Emploi et du Travail annonce sa montée sur le ring d’Anvers pour affronter en 2018, le « Premier ministre réel ». C’est du vinaigre pour attraper les mouches. Les meilleurs supporters du gouvernement des désastres sociaux et budgétaires vont nous expliquer qu’en l’affaiblissant, c’est De Wever qu’on renforce ? Grosse ficelle ! Aucune paix sociale ne s’achète dans des calculs électoraux foireux !

Nico Cué
Secrétaire général 



 

MESSAGE IMPORTANT

Mise en disponibilité et rappel en activité

Mise en disponibilité par défaut d’emploi et rappel en activité.

 

 

Comme tous les ans la période des IDS, SDS, disponibilité complète ou disponibilité partielle par réseau est arrivée. Afin de vous aider un maximum nous avons résumé dans la partie actualité toutes les possibilités statutaires. Il est évident qu’une aide directe et personnalisée peut être donnée sur rendez-vous et également en nous contactons via le site. (Explications voir partie actualités.)

CGSP - Enseignement : Régionale du Luxembourg

 

ARLON
80, rue des Martyrs - 6700 Arlon
Tél : 063 / 23 01 00
Fax : 063 /22 82 10

LIBRAMONT
13, rue Fonteny Maroy
ZI de Flohimont - 6800 Libramont
Tél : 061 / 53 01 77 - Fax: 061 / 41 63 66

Espace administrateurs

© 2014
JMTGPRAHICS

)